Triangle-Astérides

Centre d’art contemporain
d’intérêt national
et résidence d’artistes

en
Présentation
Programmation
Artistes résident·es et associé·es
en
Fermer

Événement

Le meilleur système

Carte blanche à Anne-Sarah Huet

21 février 2024, de 16h à 18h
Atelier-Assemblée à Triangle-Astérides, Friche le Belle de Mai

Premier roman d’Anne-Sarah Huet, Le meilleur système est un texte hybride et méta. À la fois recueil poétique et reader critique, nourri de références aux littératures de genre, il explore les affects dissociatifs de la narratrice et son expérience du passing racial. Le récit d’une quête d’incarnation est-il possible ? Dans quelles formes peut-il « passer » ?
Dans le cadre de la programmation événementielle qui accompagne l’exposition personnelle d’Aline Bouvy, Le prix du ticket, une carte blanche à Anne-Sarah Huet autour de la notion de « passing » prend la forme de sa soutenance de DSRA (Diplôme supérieur de recherche en art). L’exposition Le prix du ticket et aborde la question de la blanchité « par un glissement de sens : de la blancheur à la blanchité, impliquant dans un cas comme dans l’autre une prétendue neutralité, un certain ordonnancement du monde — une cruelle fiction blanche ».

Pour l’occasion, Anne-Sarah Huet invite Mia Trabalon (poétesse), Lydia Amarouche (éditrice, curatrice, enseignante) et Laura Boullic (éditrice, poétesse) à concevoir avec elle un temps de lectures et d’arpentage, dans le prolongement et la révision des références citées dans Le Meilleur Système, paru en 2024 aux éditions de l’ESAAA (École Supérieure d’Art Annecy Alpes). Il y est question de « personnes multiples » et de littérature de genre (dite « noire » en France, par opposition à la littérature générale dite « blanche »), mais aussi des situations de « dissonance » qui sont produites par les processus de racialisation (Derrière le mythe métis, Solène Brun, 2024).
Les lectures et l’arpentage seront précédés par un groupe de discussion organisé par Sarah Netter (travailleur de l’art, auteur et traducteur) et Anne-Sarah Huet. La discussion portera sur les traductions du lexique du passing en France. Iels proposeront de partir d’un partage d’expériences au sujet des réalités qu’un tel lexique pourrait nommer dans une démocratie laïque et universaliste postcoloniale – le terme anglophone étant initialement apparu dans le contexte de la ségrégation raciale aux États-Unis.
Enfin, un temps de délibération entre Laura Boullic, Mia Trabalon, Lydia Amarouche et Akim Pasquet (curateur) clôturera l’après-midi. La délibération se fera en présence de Matthieu Clainchard, artiste et enseignant à l’ESAAA.

Anne-Sarah Huet est autrice et enseignante-chercheuse en économie. Elle écrit de la poésie et des fictions qui mélangent les conventions des littératures de genre (fantastique, « young adult ») avec celles des littératures académiques (« peer reviewed »). Les thèmes principaux de ses travaux sont la fongibilité des personnes et le « passing ». Ses textes sont stylisés mais situés.
Elle publie des textes en revue (Klima, C’est les vacances…), a co-organisé le Summer Camp Pédagogie Radicale avec Julien Ribeiro à l’Antre-Peaux (Bourges), participé à la résidence d’écriture Carrément à la Maison de la poésie de Rennes, et animé un workshop autour de la théorie du choix social pour Victorine Grataloup et Salma Mochtari (ESAM-Caen).